Karine Tuil : "Six mois, six jours"

Publié le 20 Septembre 2010

 

voici la 4e de couverture:

 

"Dans l’anonymat d’une chambre d’hôtel, l’une des femmes les plus puissantes d’Allemagne se donna à un homme dont elle ne savait rien, qu’elle n’avait vu que deux fois dans sa vie…. » Mais au bout de quelques mois, l’homme menace de révéler à la presse leur liaison : tous leurs ébats ont été filmés. Juliana Kant la milliardaire dénonce le gigolo. On l’emprisonne, la morale est presque sauve. Une affaire de mœurs chez les riches ? Une liaison amoureuse qui tourne au chantage sordide ? Karine Tuil, dans son roman le plus troublant, dévoile l’arrière-monde de cette aventure risquée : qui est à l’origine d’une telle fortune allemande ? Pourquoi le grand-père de Juliana, premier mari de Magda Goebbels, et militant nazi, n’a-t-il pas été arrêté à la libération ? Sait-on que le père d’adoption de Magda était un juif qu’elle a renié puis laissé mourir ? Pourquoi les Kant ont-ils gardé le silence sur leurs activités industrielles sous le Reich ? Et si humilier sexuellement la jolie bête blonde était une forme de vengeance ? Les fils ont-ils d’ailleurs reconnu la faute des pères, les vivants ont-ils pardonné aux morts ?"

 

Karine Tuil est une auteure française de 38 ans et a déjà 8 romans à son actif. Son dernier roman "six mois, six jours" nous fait approcher la grande histoire, par un fait divers : "la milliardaire et le gigolo". Par le biais d'une histoire d'amour, on accède au ressentiment, à la manipulation des personnages qui sont animés par la vengeance. Le narrateur, homme de confiance de la famille Kant, est le témoin des faits qui ont agité non seulement une famille mais aussi tout un pan de la société allemande.

Les descriptions de l'état amoureux, de sa dépendance à sa tentative d'oubli structurent le roman.

Le style de Karine est très addictif, les phrases courtes, le truchement de la confidence au jeune ecrivain en charge de récolter les mémoires de l'homme confiance, tout cela donne une dynamique au roman. J'aime le côté envolé du récit et les digressions sur les devoirs de mémoire de l'écrivain, ses droits avec l'Histoire et son rôle de transmetteur. Bref, un beau moment de lecture!

 

5949966440_six-mois-six-jours-de-karine-tuil.jpg

Rédigé par Asfodèle

Publié dans #roman français

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
<br /> <br /> Très joli commentaire. Merci !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre