Hubert Klimko : "Berceuse pour un pendu"

Publié le 9 Décembre 2010

 

Hubert Klimko est un auteur polonais, né en 1967.

 

Avec son roman, il esquisse les liens d'amitiés entre trois hommes, trois polonais immigrés en Islande. "Berceuse pour un pendu" n'est pas la suite de "La maison de Roza". Son contrepoint, plutôt, toujours aussi auto-biographique, racontant la vie peu banale de son auteur dans cette île singulière, l'Islande, où il n'est pas rare que les quatre saisons se rencontrent la même journée.


Le style du romancier polonais épouse les changements climatiques incessants. On y passe du burlesque au drame, le temps de dire bonjour, en Islandais. Trois tranches de vie en Islande : il y a le narrateur, poète, écrivain et apprenti violoncelliste; il y a Boro, le peintre un peu fou qui voit la vie en vert et il y a Szymon, le violoniste maniaco-dépressif. Le livre est court, il n'en est pas moins dense, curieux et sympathique, curieusement sympathique. Un roman à la langue simple et universelle où les bon mots succèdent aux descriptions authentiques de la vie d'expatriés.

 


Et puis "Berceuse pour un pendu" c'est surtout un bel hommage à un ami disparu. Fou, peut-être, ou alors trop lucide. Klimko l'ignore, si tant est que la vérité existe...

 

 

kli.jpg 

Rédigé par Asfodèle

Publié dans #roman étranger

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article